"Memento Mori", 
2014
Sculpture, Paris, France
Blocs de glace, pierres calcaires, poudre de pierre

Je me demande parfois qui porte vraiment attention à ce qui nous environne aujourd’hui. On pense que tout est là. Pour toujours. L’environnement : l’homme au centre. Encore, tout le temps. L’homme.

Quelle est la différence entre la représentation et la réalité ?

J'ai produit des glaciers et je les ai laissés fondre. J’ai eu la possibilité de les produire une seconde fois en moulant mes formes à nouveau et en les plaçant là où elles étaient.

J’ai eu le choix de créer de la glace là où il n’y en avait plus. Je peux le faire indéfiniment. La nature, elle, non.

"Memento Mori", comme une vanité à l’image de notre siècle. Ce n’est pas une sentence, juste un rappel. Souviens-toi que tu vas mourir. Et dis-toi alors que la vie, la beauté, les surprises de la nature, le sentiment de liberté, l’émotion et la joie que tu peux ressentir un jour sont tout aussi éphémères que cette glace qui ne cessera de fondre, jusqu’à ne plus être.

  • Instagram

©Deborah Fischer, tous droits réservés