"Un chemin vers un mur",
2019
Installation et performance dans l'espace public,
Kotor, Monténégro

«Un chemin vers un mur» est une installation in situ réalisée à partir de matériaux trouvés à l’intérieur et à l’extérieur de la vieille ville de Kotor, au Monténégro. Il s’agit là d’un agencement d’éléments disparates, d’objets abandonnés ou d’empreintes de murs, de repères et d’écritures. Cette installation interroge le rapport à la ville et à ce qui la compose. Qu’est ce qui fait l’esprit d’une ville ? Quel est notre rapport aux lieux que nous visitons ? Voilà les questions que j’ai tenté de soulever lors de cette installation.

La vieille ville de Kotor est entourée de remparts et s’organise autour de différentes places, des « squares ». Depuis plusieurs années, la vieille ville devient un haut lieu touristique. Ainsi, les touristes se dirigent d’un monument à l’autre sans vraiment regarder et s'imprégner du lieu. J’ai créé sur une période de trois jours un chemin vers l’invisible, le « presque rien » et j’ai tenté de capter les réactions des passants pour voir si ce qui n’était pas sur la carte pouvait susciter une certaine curiosité.

Un guide s’est installé sans le savoir devant mon travail pour parler à son groupe. Certains touristes lui ont demandé ce qu‘était cette installation. Le guide, surpris, a répondu qu’il ne savait pas et que ce n’était pas ce qu’il voulait leur montrer.

La question est la suivante: que devons-nous voir ou ne pas voir? De nos jours, avec la montée du tourisme de masse, en quoi consiste la visite d’une ville? Pouvons-nous ressentir l’esprit d’une ville sans toujours avoir à comprendre ce que nous regardons?

A partir de l’installation "Un chemin vers un mur", j’ai commencé une performance en demandant aux visiteurs, aux passants, ce qu’ils voyaient lorsqu’ils étaient face à l’installation. Ensuite, je leur ai expliqué en quoi cela consistait. Je l’ai fait comme si j’étais une guide non officielle. Une guide de l’esprit de la ville.